Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'inventeur de villes - feuilleton, 6/40, Samarcande
L'inventeur de villes, publié chez Gaussen en 2013, est toujours disponible chez les "bons libraires" et directement chez l'éditeur David Gaussen, auprès de qui
on peut se le procurer, soit en passant dans sa boutique au 37, rue du Côteau, Marseille 7e, soit en l'appelant au 06 99 56 47 97, soit en lui adressant un mail à david.gaussen@gmail.com ou en allant sur le site des éditions Gaussen www.editionsgaussen.fr. 
Vous pouvez aussi bien sûr via le formulaire de contact de ce blog m'en commander un exemplaire.
Aux dernières nouvelles, le bouquin coûtait toujours 12 euros et comptait 112 pages sur un très beau papier bouffant au format 140 x205 mm. A la jaquette très réussie, illustrée d'une oeuvre du peintre Yves Krief, je me suis permis d'adjoindre pour cette parution en feuilleton des jaquettes "personnalisées" qui changeront à chaque épisode.

.

.

.

06 - SAMARCANDE

Si je ne connais pas cette ville-là, son nom fait chanter mes neurones. La poésie des noms de villes a toujours bercé mes nostalgies. Comme des panneaux de gare qui défilent à travers les vitres sales d’un train. Brounrounroun, dit la prose du transsibérien. Samarcande, Sémipalatinsk, Nijni-Novgorod, Novossibirsk, Oulan-Bator. Si aucun frisson ne naît en vous en entendant une telle litanie, sans doute n'êtes vous pas sensible à la poésie des noms de villes, à leur rythme, à leur évocation, à leurs ondulations. Mieux vaut fermer ce livre. Les mystères d’Honolulu et de Valparaiso ne sont pas pour vous, ici et maintenant. Les douceurs humides de Buenos-Aires, les vents coulis de Tananarive, les reflets argentés d’Acapulco, vous les saisirez mieux en allant fouler de vos semelles les ruelles de ces villes-là… Pourtant...
Quatre geishas dansent sous la pluie
sur la place de Lourmarin
A Churchill un ours est ivre de cafard
Le silence des ports s’éteint à Syracuse
Singapour Singapore est noyée de chagrin
A Liverpool de meurtre l’on m’accuse
J’éteindrai les lumières des quais
de Zanzibar.
Quant à Samarcande, quel nom portera-t-elle demain ?

.

Prochaine étape : Aberystwyth.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :